Dans Ce Monde, Deux Grandes Classes Existent, Les Hotes et les Citadins. Incarnez Une des Nombreuses Races de Destel Et Devenez Courtisant Ou Courtisé!

AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Ezio. David Cassaro » Lycant, Hôte & Médecin.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
E. David Cassaro
avatar




MessageSujet: Ezio. David Cassaro » Lycant, Hôte & Médecin. Sam 22 Oct - 23:53


© Dante / Devil may cry


EZIO. DAVID CASSARO


"La vie est comme une pomme empoisonnée, elle est belle jusqu'à ce qu'on y goutte."

Nom : Cassaro
Prénom : Ezio. David
Âge : 26ans
Sexe : Masculin ♂
Orientation sexuelle : Bi, il refuse de se faire toucher par une femme, mais vous une haine pour les deux sexe, il a juste choisit de ne coucher qu'avec de hommes, car cela est moins difficile pour lui.
Race : Lycant
Ce que vous voulez devenir : Hôte

And You?{ IRL }

Pseudo : PSMoom-NSS
Sexe : Féminin ... enfin c'est ce que je dis ♥
Âge : 16ans 8D
Commentaire : Encore moi ! Et oui j'adore faire des fiches >3>

Physique
TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI

Caractère
TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI TEXTE ICI
♠Points Faibles : TEXTE ICI

♠Se que j'aime, ce que je déteste : TEXTE ICI


By ©Alix Chase


Dernière édition par E. David Cassaro le Jeu 10 Nov - 21:55, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
E. David Cassaro
avatar




MessageSujet: Re: Ezio. David Cassaro » Lycant, Hôte & Médecin. Dim 23 Oct - 18:06

Chapitre 1 : Le présent
    « Reste là quelques minutes s'il te plait David
    - C'est pas vraiment comme si j'avais le choix »

Les cheveux blonds de l'homme qui me fixait de manière si compatissante me firent l'effet d'un aphrodisiaque presque trop concentrer, depuis que j'étais enfermer dans cette prison, c'est à dire presque un mois, mon petit plaisir était de venir rendre visite à M.Le psy, non pas pour qu'il utilise sur moi ses doit disant pouvoir, mais simplement pour admirer un postérieur encore inexploré et surtout parce que j'avais parier un bon nombre de cigarette avec mon compagnon de cellule sur le fait que je le pousserais à coucher avec moi avant la fin de mon premier mois d’incarcération qui est dans une semaine. La cigarette qui n'était en aucun cas un vice que je portais dans mon cœur avant d'être enfermer, était bien vite devenu mon seul plaisir en plus des petits culs de certains prisonniers bien trop soumis et peureux pour m’empêcher de les toucher. La prison est vraiment quelques choses d'horrible ça je peux vous l'assurais, mais pour moi qui ne suis pas une personne qui se laisse marcher dessus et qui n'a rien à perdre autres que la vie, ma réputation m'a beaucoup aidé et malgré mon jeune âge on m'a à peu prêt laisser tranquille. Enfin tout le monde sauf ce stupide gardien. Je serais dehors dans quelques jours si seulement ce crétin n'avait pas essayer de me prendre pour son jouet personnel, lui écraser l'entre-jambe avec mon pieds jusqu'à le faire pleurer était pour moi une punition bien trop gentille, mais le directeur de la prison ne l'a pas entendu de la même manière et m'a collé au trou pour deux mois de plus. Qu'elle chance non ?

Je restais assit sans vraiment regarder la salle que je connaissais à présent par cœur en tapotant du pieds contre le sol, je détestais attendre, mais bon qui aime ça ? Mais cela en valait la peine ! Avoir un amant digne de ce nom et en plus de ça y gagner de nombreux paquets de cigarettes, j'aurais fait n'importe quoi pour ça en cet instant. Je n'ai jamais vraiment désiré être enfermé et je ne l'aurais jamais cru si on me l'avait raconté lorsque j'étais encore un enfant assez naïf pour croire que la vie n'est pas qu'une succession de douleur et qu'elle finit toujours mal. J'avais toujours rêver de devenir médecin et de sauver toutes ces personnes condamné à mourir, les accompagner dans cette souffrance qu'est de sentir sa vie nous quitter, mais malheureusement le destin en a décidé autrement. La porte s'ouvrit alors que je commençais à peine mes lamentations intérieur et je ne fus pas surpris de découvrir en son seuil le psychologue à la chevelure d'or, un grand sourire aux lèvres.

    « David, tu veux bien rentrer s'il te plait ?
    - Vous m'appelez par mon prénom, pourquoi moi je dois vous appelez M.Le psy ?
    - Alors appelle moi Nathaniel si tu préfère »

Je le suivais en oubliant pas de poser mon regard sur son postérieur bien évidemment. Il me fit un léger signe de la tête pour m'indiquer le sofa ou je devais prendre place, m'asseyant de manière nonchalante toujours en le fixant avec un léger sourire malsain au lèvre.

    « Alors David, tu vas me parler cette fois-ci ?
    - À une seule condition Nath ...
    - Ne fait pas le difficile tu sais très bien que tu en as besoin
    - Fait gaffe où je vais me refermer comme une huitre et dormir comme à toutes les autres séances »

Je m'allongeais en lui tournant le dos en faisant mine de bouder, il avait raison pourtant, j'avais besoin de balancer à quelqu'un tout ce qui m'avait fait souffrir, toutes cette haine, cette tristesse, je ne voulais plus les contenir tout seul, je voulais qu'on m'aide, mais raconter mon histoire était une des étapes vers la confiance et je ne voulais plus, non, ne pouvais plus offrir ma confiance à quelqu'un.

    « Alors ... qu'est ce que tu veux, je veux vraiment t'aider alors je ferais tout pour
    - Alors fille moi ton corps, je sais que tu as envie de moi autant que j'ai envie de toi »

Je vis très nettement dans la gêne qu'il ressentait et dans le rouge qui lui teint les joues que j'avais visé juste, il se leva et s'approcha de moi, je me mit sur le dos alors qu'il commençait à m'enfourcher, rien que de le sentir sur moi me fit frissonner, cela faisait bien trop longtemps que j'attendais pour l'avoir, je n'avais pas couché la nuit dernière, gardant mes forces pour m'occuper de ce petit blond qui me faisait tant envie et que je ne voulais pas décevoir. Je me relevais en m'appuyant sur les coudes pour approcher mon visage du siens, son souffle caressant mon visage et l'emplissant d'une légère odeur de dentifrice qui me manquait dans la bouche de ceux avec qui je joue prouvant que les prisonniers perdent les règles d'hygiènes. Nath' semblait joué, passant légèrement ses lèvres contre mes joues mal rasé, il déposait de léger baiser sur chaque partie de mon visage tout en évitant ma bouche dans les lèvres s'entrouvrait à chaque fois que je sentais les siennes sur ma peau. Finalement je ne pus me retenir, passant une main dans sa nuque je tirais son visage à moi, faisant entrer de force ma langue dans sa bouche pour venir caresser la sienne. En posant ma deuxième main dans le bas de son dos il sembla se détendre et il répondit alors à mon baiser avec une fougue enfantine qui ne le rendais que plus irrésistible. Le plaisir me gagnait, je voulais allez plus loin, là, maintenant sur ce sofa, mais je le sentis se retirer et reprendre place sur son fauteuil.

    « Je te donne une avance sur ce que tu auras quand tu parleras
    - Avoue que tu n'as pas put te retenir
    - Maintenant parle, qu'est ce qui t'a brisé à ce point ?
    - Tout ... toute ma vie ma brisé, vivre à suffit à me détruire et je veux y mettre fin ... »


Chapitre 2 : Le passé est la faiblesse qui nous rend plus fort.
Tout d'abbord le jour de ma naissance est surement le pire jour de ma vie, tout simplement car il m'a forcé à respirer et supporter les 26années de souffrance qui ont suivit, ce jour dont je ne me souviens pas à tout de même condamné deux nouveaux née à passer le restant de leur enfance dans une famille qui jamais ne les aimerait. Mes premières années me reviennent par quelques souvenir douloureux où je revois une femme pour qui j'avais tant d'amour attraper une bouteille vide et me frapper aux visage avec le verre jusqu'à ce qu'elle se brise et tout cela sous les yeux de mon frère jumeau horrifié et pourtant caché sous son lit en espérant que de cette manière elle ne le trouverait pas et ne lui ferait pas subir le même sort. J'aurais préféré ne jamais avoir vu le jour, mais je ne pouvais pas abandonner ma vie, j'avais Ezio à protégé et il comptait sur moi et même s'il devint le plus fort de nous deux par la suite, il resta pour moi mon petit-frère, même si la différence n'était que de quelques minutes. Plus le temps passé et moins les coups ne devenait effrayant, nous grandissions peut-être ou ma mère s'était tout simplement lassé de nous laisser à terre inconscient en attendant que mon grand-frère fasse le numéro des secours tout en évitant les coups pour essayant de ne perdre aucun d'entre nous. Vous vous doutez surement que je n'ai jamais vraiment apprécier ma vie famille, une mère alcoolique et violente n'entrer pas dans mon fantasme de famille parfaite et heureuse et elle-même accompagné par un père bien trop cupide et inquiet pour son travail pour s'occuper de la santé de ses enfants en faisant la famille dont personne ne voulait. Je me suis longuement demander pourquoi j'avais dû subir cela, mais j'ai bien vite comprit que cela n'avait aucune raison et que ce n'était que le fruit d'un pur hasard destiné à me retiré tout espoir de vie heureuse.


By ©Alix Chase
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ezio. David Cassaro » Lycant, Hôte & Médecin.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Inscription des races :: En Cours :: Les Lycants-
Sauter vers: